1. Le texte :

1.1.  rappel des critères relatifs au texte (texte officiel)

« ….  texte authentique  de 10 à 15 lignes, d’actualité ou tiré de la littérature de jeunesse. Accessible à l’élève moyen, le texte doit former un tout relativement clos et respecter les règles de cohérence textuelle ; il faudra donc veiller à ce que les éventuelles coupures (qui doivent être clairement indiquées) ne nuisent pas à la cohérence d’ensemble. Quel que soit le document d’où il est extrait, il faudra mentionner les références complètes (auteur, titre, date de parution, maison d’édition…)… » 

1.2.  analyse du texte

 
 

 

Critères:

Constat:

Texte authentique / d’actualité ou tiré de la littérature de jeunesse ?

Oui, il s’agit d’un texte authentique, d’actualité…. coïncide avec la journée mondiale de l’environnement

De 10 à 15 lignes ?

Oui ; 12 lignes

Texte clos ?

OUI  

Accessible à l’élève moyen ?

Oui, relativement

Références complètes ?

Insuffisamment référencié …..   n° de la revue, date, auteur éventuellement, «  nationalité » de la revue si c’est pertinent……..

Cohérent textuellement ?

Comme c’est un texte adapté, il fallait :

  1. « clairement indiquer les éventuelles coupures » !

  2. faire preuve de plus d’attention à  la cohérence…. Et à la langue !:

 

2ème phrase du 1er paragraphe : « Depuis plusieurs années, ce trou s’agrandit provoquant un effet de serre : les gaz d’échappement des voitures, les fumées des usines ne peuvent être éliminés, ils restent bloqués au dessus de nos têtes, entraînant un réchauffement de la planète. »

 

Au vu du texte tel qu’il a été présenté aux candidats,  « éliminés » devrait être écrit «  éliminées » : participe passé employé avec être : s’accorde en genre et en nombre avec le sujet, ici, fumées = féminin pluriel : donc « ées » !

Et si l’expression entière : « les fumées des usines ne peuvent être éliminés » est une expression reprise telle quelle du document source (la revue),  que vient faire ce «  ils » ?

-          s’il reprend le groupe nominal «  les gaz d’échappement », il n’a pas à le reprendre : ce dernier est un groupe nominal -et non une phrase- dont le verbe serait « restent »  et le « ils » n’a aucune raison de se trouver là !

-          s’il reprend «  gaz d’échappement » et «  les fumées des usines » -ce qui serait plus probable- ; il a sa raison d’être.

 Seulement, tel que c’est écrit, cette phrase pose un problème de cohérence à cause d’un mauvais emploi de la ponctuation : la présence des deux virgules (après « voiture » et avant « ils » fait de ce « segment » une proposition incise : ce qui ne nous autorise pas à penser que « ils » reprend les deux sujets de la phrase ! Si on veut que ce soit le cas, il faut remplacer la 1ère virgule par « et » : ceci rendrait la phrase plus claire et le « és » de « éliminés » correct. La 2ème virgule, elle, doit être aussi remplacée par un « deux points » pour mettre en évidence- si on veut laisser des indépendantes juxtaposées- le rapport de conséquence…..

La phrase peut être écrite ainsi :

-          «  les gaz d’échappement et les fumées des usines ne peuvent être éliminés ; ils restent bloqués au dessus de nos têtes,… »

-          « les gaz d’échappement et les fumées des usines ne peuvent être éliminés, ils restent donc au dessus de nos têtes, … »

-          Les gaz d’échappement, les fumées des usines ne pouvant être éliminés, ils restent au dessus de nos têtes,… »

N.B.

1. il serait intéressant de revenir vers la source pour vérifier tout ça !

2. j’invite les collègues à réfléchir davantage à la ponctuation de ce texte !!!!!- qui pose- selon moi- problème ! des virgules qui gagneraient à être remplacées par des  « deux points ou des point virgule…. »

 

 
 

 

2. Le questionnaire de compréhension :

 

2.1  Rappel du contenu du texte officiel : (lire le texte officiel)

« … cette partie ( notée sur 13 points) vise l’évaluation de la compétence de compréhension de l’écrit à travers une typologie de questions (…) Concernant les questions, deux paramètres sont à prendre en considération :

-  Le thème (instance d’énonciation, idée générale, objet d’étude, typologie, etc.) à travers des questions variées, de difficulté croissante, posées de façon claire et précise.

-  Les indices grammaticaux, c'est-à-dire tous les outils linguistiques (vocabulaire, grammaire, conjugaison, orthographe) susceptibles d’aider l’élève à renforcer sa compréhension du texte, via des questions pertinentes. »

 

2.2. Analyse :

Dans la forme : existence d’une partie intitulée « compréhension de l’écrit »  sur 13 points. Ces derniers ne sont cependant pas- et c’est regrettable-  distribués ; ce qui aurait permis aux candidats d’être informés et pouvoir prendre des décisions quant à la gestion du temps et à l’importance à accorder à telle ou telle question !

Dans le fond :  

-  Typologie des questions variées : Q. C.M. , vrai/faux, directe….

-  Le thème (instance d’énonciation, idée générale, objet d’étude, typologie, etc.) a été l’objet de questions (questions 1, 2, 3, et 4) ; l’instance d’énonciation, l’intention de communication ne l’ont pas été !

-  La question 1 mérite qu’on s’y arrête : comment s’autoriser à parler de « dominante » dans la mesure où il n y en a pas ; le texte est  explicatif !  (le concepteur de ce sujet confond peut-être « dominante et visée !» Par ailleurs, la terminologie « dominante » n’est pas usitée dans le moyen ; on parle, au collège,  de type de texte et de visée ……

-  Les indices grammaticaux : (c'est-à-dire tous les outils linguistiques (vocabulaire, grammaire, conjugaison, orthographe) susceptibles d’aider l’élève à renforcer sa compréhension du texte)

  1. la question 6 vise un indice grammatical : le fait de trouver que c’est le présent de l’indicatif et que c’est un texte explicatif permet à l’élève de comprendre le lien entre ce temps et le type de texte ; et, de le reprendre dans la production écrite ! Cependant, la deuxième partie de la question oblige l’élève à s’exprimer alors que ce qui est visé est la compréhension : un QCM aurait été plus approprié !

  2. les questions 5, 7 et 8 ne sont en aucun cas des indices grammaticaux pour ce texte. En quoi le fait de découvrir que c’est un rapport d’opposition, de transformer  la phrase à la voix passive (7) et de réécrire la phrase en remplaçant « pays » par régions » permet-il d’ « aider l’élève à renforcer sa compréhension du texte… » ? En d’autres termes, l’expression de l’opposition, la passivation/ activation et le féminin/masculin sont-ils des faits linguistiques récurrents,  pertinents dans ce texte pour s’autoriser à les interroger en vue de mieux  comprendre le texte sur le plan thématique et discursif ? Ce sont des questions de « manipulations de la langue » gratuites, non pertinentes et en contradiction totale avec le contenu du document officiel et avec  l’esprit préconisé par la reforme …..

  3. il n y a pas de questions de vocabulaire !  des expressions comme «  effet de serre », réchauffement de la planète », « redoutent », « fondent », inondés », « bouleversements », « polluées »  auraient pu faire l’objet de questions (QCM/ VRAI FAUX…) à même d’« aider l’élève à renforcer sa compréhension du texte… » 

  4. des indices grammaticaux très pertinents pouvaient être exploités :

  1. la ponctuation : les deux points (3 fois)

  2. vocabulaire : champ lexical de la peur «  inquiets, redoutent, craint »

  3. l’expression de la cause et celle de la conséquence ; très nombreuses….

  4. Le conditionnel présent  (4 fois)  pour dire «  attention c’est ce qui pourrait arriver si on ne fait pas ... »

 

3. La production écrite :

 

3.1.  Rappel du contenu du texte officiel :

«  Cette partie vise l’évaluation de la compétence de production écrite. C’est la situation d’intégration dans laquelle le candidat aura à exercer ses compétences par la mobilisation d’un ensemble de ressources dans une situation significative nouvelle, choisie au sein de la famille de situations qui définissent la ou les compétences ciblée(s).

     Le sujet de la production proposé au candidat peut prendre appui sur le texte initial. L’élève sera amené à produire un texte mettant en œuvre une ou plusieurs des formes de discours étudiées au collège. La consigne précisera les caractéristiques du texte à produire. De la formulation de la consigne dépendra la réussite de la tâche. »

A.

  1. le type de texte à produire est désigné

  2. la situation de communication est clarifiée (émetteur, récepteur, objet de la communication, intention de communication…)

B.

1. le sujet commence par la consigne d’écriture au lieu de commencer par présenter « une situation significative nouvelle »

2. l’expression « petit » texte n’est pas pertinente, la précision d’un nombre de lignes s’impose

3. confusion dans le type de texte à faire produire : au début, on dit au candidat : «  tu lui expliques » ;  et après on lui dit «  tu essayeras de le convaincre en t’appuyant sur des arguments » !

S’il s’agit  d’un texte explicatif à visée argumentative, à l’image du texte de départ  A ce moment là, ce sont les explications mêmes qu’on donne qui fonctionnent- au niveau du non dit- comme des arguments pour espérer que le récepteur soit convaincu….. et il n’ y a pas lieu de dire «  tu essayeras de le convaincre en t’appuyant sur des arguments » mais «  tu choisiras et  présenteras tes explications de façon à espérer pouvoir le sensibiliser/ le convaincre, attirer son attention sur … »

4. Là, on a l’impression qu’il s’agit d’une formulation maladroite d’une consigne invitant le candidat à produire deux textes différents ! (La consigne précisera les caractéristiques du texte à produire. De la formulation de la consigne dépendra la réussite de la tâche. »)

 

 

5. Ce sujet pourrait être formulé ainsi – si je veux faire produire un texte explicatif à visée argumentative :

 

«  Tu as constaté que  les élèves de ton établissement ne sont pas assez conscients du rôle très positif  de l’arbre dans  la vie. Tu décides, pour les sensibiliser à ce sujet, de leur expliquer, à travers le journal mural de ton C. E. M.  toute l’importance de ce dernier »

 

Pour cela, tu rédiges un texte  d’une douzaine de lignes  pour montrer l’importance de l’arbre.

Ta production comprendra  3 parties : (les énoncés sont proposés au choix du concepteur ; le candidat aura, lui, un énoncé unique devant lui)

 

- une introduction pour définir l’arbre/ une première partie dans laquelle tu répondras à la question : «  qu’est-ce qu’un arbre ? »/ une définition de l’arbre  (deux à trois lignes)

 

- un développement pour énumérer les avantages de l’arbre/ une deuxième partie qui comportera l’explication du rôle positif de l’arbre (6 à 8 lignes)

 

- une conclusion pour lancer un appel à tes camarades à préserver l’arbre/ une troisième partie dans laquelle tu appelleras tes camarades à protéger l’arbre (2 à 3 lignes)

 

6. la répartition des 7 points de la production écrite doit  figurer sur le sujet    (cf. grille d’évaluation reprenant les indicateurs de réussite).

 

 
 

                                                                                                                                                        Tayeb AIT KACI

 
 

 
 

Vous êtes inspecteur, enseignant, membre de la famille de l'éducation, ou citoyen intéressé... je vous propose un débat sur le sujet du B E M  de français de cette année !
vous trouverez, ci joint,  3 documents:
- l' épreuve de français.
-
le texte officiel régissant l'épreuve de français
- Mon analyse de l'épreuve ci-dessus

 
 

Dans l'attente de vous lire,  ne vous découragez surtout pas
amicalement à tous
Tayeb AIT KACI

____

[email protected]

 
 

 

 
 

 
 

A propos du sujet de français du BEM 2007.

Analyse proposée par Monsieur Nabil Yahiaoui, I.E.E.F. de français. Wilaya de Tébessa.

 
 

 
 

Remarques sur le texte :

-  2ème phrase du 1er paragraphe : Puisqu’il s’agit d’un texte adapté, l’erreur (s’il y a erreur !), pointée dans le constat que tu as fait, serait due à un mauvais emplacement de la virgule qui ne devrait pas être à cet endroit : la virgule ici a valeur d’addition : elle pourrait être remplacée par : et, ainsi que, ... Il fallait donc lire : « Depuis plusieurs années, ce trou s’agrandit provoquant un effet de serre : les gaz d’échappement des voitures et les fumées des usines ne peuvent être éliminés, ils restent bloqués au dessus de nos têtes, entraînant un réchauffement de la planète ».

-  Ce qui m’a gêné en réalité, c’est ce ils qui reprend les deux G.N. (les gaz d’échappement des voitures, les fumées des usines). L’on aurait dû les substituer par un terme générique comme : ces rejets, ces émanations nocives, etc... et l’on aurait dû mettre un point avant ce ils pour respecter la continuité du sens et assurer ainsi au texte sa cohérence.

Remarques sur le questionnaire :

 

I- Compréhension de l’écrit (13 points) :

- Item 1 : La remarque que tu as faite est tout à fait pertinente. Il n’y a pas lieu de parler à des élèves du Moyen de dominante. Ce texte est de type explicatif à visée argumentative. Les explications données fonctionnent comme des arguments.

- Item 4 : Dans cet item, la tâche des élèves consistera à relever du texte tous les mots et les expressions qui font référence à « pollution ». Ce qui est demandé ici est difficilement évaluable, donc mesurable. Dans le corrigé que j’ai tenté de faire, j’ai pu identifier plus d’une vingtaine de possibilités de bonnes réponses. L’on aurait dû opter pour un outil d’évaluation fermé ou un QCM où les choix seront limités pour éviter toute équivoque et faciliter ainsi la correction.

Exemple : Parmi les mots et les expressions suivants, recopie ceux qui te font penser à « pollution » :

Gaz d’échappement – quelques années - les fumées des usines – effet de serre – nos têtes – planète – pays – ces derniers siècles.....

- Item 6 : La deuxième partie de l’item est franchement inappropriée.

II- Production écrite (7 points) :

 

Réécriture du sujet de la production écrite (la situation d’intégration)

Tu as été invité à participer à une campagne de reboisement à l’occasion de la journée de l’arbre. Tu t’es bien préparé alors que ton camarade hésite encore.

Tu écriras un texte d’une dizaine de lignes pour lui expliquer l’importance de cette journée dans la lutte contre la pollution : pour cela, tu choisiras des exemples concrets pour le convaincre de l’utilité de planter des arbres.

Ta production comprendra deux parties :

- Une 1ère partie, explicative, dans laquelle tu présenteras la journée de l’arbre (événement).

- Une 2ème partie dans laquelle tu  essaieras de convaincre ton camarade de l’importance du reboisement dans la lutte contre toutes les formes de pollution.

 
 

Grille de correction

 
 

Compétence à évaluer : Expliquer pour mieux convaincre.

Critères

Indicateurs

Barème de correction

Respect de la consigne

(1,50 point)

Conformité à la forme du discours attendu.

- l’élève a bien rédigé un texte explicatif à visée argumentative.

 

1,50

Cohérence / Compréhension de la structure

(2,50 points)

- le texte rédigé par l’élève comporte les deux parties : une première, explicative, où il présente l’événement (journée de l’arbre) et une seconde où il essaie de convaincre son camarade de l’utilité de planter des arbres.

-  il y a au moins deux arguments.

-  il y a au moins un exemple qui illustre les arguments présentés.

- l’élève a utilisé des connecteurs logiques exprimant les relations de cause et de conséquence.

 

0,50 + 0,50

 

 

0,50

0,50

 

0,50

Correction de la langue

(02 points)

- les mots du texte sont correctement orthographiés

(5 erreurs sont tolérées).

- Respect de la ponctuation : L’élève a correctement démarqué les phrases (point, majuscules)

1

 

1

Présentation de la copie

(1 point)

- copie sans taches

- absence de ratures

0,50

0,50

 
 

* Cette grille a été conçue selon le sujet réécrit.

 
 

 Nabil Yahiaoui.IEEF. Wilaya de Tébessa

 
     
 

 
 

Analyse proposée par Madame Alloun Yamina IEEF Sétif

 
 

 
 

1- Je ne reviendrai pas sur les remarques très pertinentes  qui ont été faites à propos de la longueur, de l'insuffisance des indications référentielles, de l'accessibilité du texte , du manque de cohérence engendré par une très mauvaise ponctuation et un mauvais découpage. J'aimerais plutôt axer mon analyse sur la visée du texte. Il est clair que nous avons là un texte explicatif à visée argumentative. Ce qui est génant, c'est que le concepteur du sujet n'a pas, à travers le questionnaire proposé, permis une exploitation dans ce sens.

Dans le texte de quoi s'agit-il ? Des scientifiques sont inquiets parce qu'un constat actuel et les explications qui en découlent leur font craindre, pour l'avenir de la terre, de très  grands dangers. Les conséquences envisagées (d’où l'emploi du conditionnel) énumérées dans les trois derniers paragraphes  sont autant d'arguments qui incitent  implicitement à la protéger.

Partant de là, le titre proposé (La terre est malade!) semble inapproprié pour 2 raisons essentielles. La première: qu'est-ce qui permet d'après le questionnaire proposé de justifier  le point d'exclamation? Permet-il de signaler 1 danger? De marquer l'inquiétude?  La deuxième: l'information  "...est malade"    limite la compréhension au constat ( premier paragraphe) et par conséquent occulte complètement les 3 derniers paragraphes. Des titres comme: "La terre en danger" ou "Sauvons la terre " auraient mieux engobé le contenu du texte.

Le questionnaire proposé ne prend en charge qu'une partie du texte alors qu'il y a suffisamment d'indices à exploiter qui permettent de construire le sens de l'ensemble du texte. Que les questions, dans leur diversité, traitent de la compréhension, du vocabulaire, de la grammaire, de l'orthographe, de la conjugaison des indices comme: ont constaté /on constate/ en effet/ entraînant/ c'est vrai/  inquiets/ redoutent/ craint/ victime/ pollués/ aussi / enfin/ la ponctuation ainsi que les temps et modes auraient permis de renforcer le sens de ce qui est indiqué en bleu dans notre analyse.

L'argumentation existe dans le texte: les spécialistes sont inquiets à cause du trou d'ozone qui s'agrandit et ils justifient cette inquiétude (reprise par les verbes redouter, craindre ou la dernière phrase du texte) par les éventuelles conséquences qui en découleraient et qui sont énumérées (d'où l'emploi successif de aussi, enfin) dans les 3 derniers paragraphes.

Pour conclure cette analyse très succincte de l'essentiel du texte, il semble important de dire que mieux on s'approprie un texte et plus il est facile de guider progressivement  les apprenants à travers des questions (lesquelles dans ce cas découlent de source) vers la construction du sens.

 

2- Pour ce qui est des consignes, je me contenterais de quelques remarques générales, l'essentiel étant souligné dans les 2 analyses du sujet  qui ont été faites par les collègues inspecteurs.

Que veut dire concrètement choisis (item 3)? recopie la bonne réponse est plus approprié. 

Relève les  mots et les expressions... (Item 4) Le candidat en relève combien? Le texte en est truffé. Dans ce cas comment évaluer cette question?

Le candidat qui relèvera et justifiera  le conditionnel présent employé 4 fois dans les derniers paragraphes sera t'il sanctionné? Pour cette question, il aurait fallu indiquer des passages.

Quel est l'intérêt des items 5,7 et 8 quant à la construction du sens? Nous nous évertuons à répéter aux professeurs que la grammaire est au service du sens et ne voilà t-il pas que le premier sujet du BEM sensé mettre en pratique cette recommandation, va complètement à  son encontre. De la grammaire qui tourne à vide. Quelle désillusion!!!

Pour la production écrite 1 sujet, sur 2, au choix, aurait été le bienvenu pour les non inspirés.

 
 

Madame Alloun Yamina IEEF Sétif 04

 
 

 
 

Les P@ges du français au collège (contexte Algérien)  

 
 

Modèle de l'épreuve du B.E.M